Publié le 19 Novembre 2020

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

hello hello hello la compagnie
tout va bien dans le meilleur des mondes

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié le 18 Novembre 2020

on manque d'air mais pas d'idées
positivons
ça va aller

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

 

Voir les commentaires

Publié le 17 Novembre 2020

au temps du corona
au train où vont les choses
autant douter de rien

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié le 16 Novembre 2020

 

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

 

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié le 14 Novembre 2020

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié le 13 Novembre 2020

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié le 12 Novembre 2020

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié le 12 Novembre 2020

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

 

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié dans #Covid-19

Publié le 9 Novembre 2020

© Virginie Ducoulombier, tous droits réservés

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié dans #Covid-19

Publié le 13 Février 2019

Enfin eu un rendez-vous à la caisse de retraite. (4 mois et demi que j'ai quitté mon job et suis sans nouvelle)
Couloirs vides, ascenseurs qui ne mènent nulle part. Je reste bloquée au 4ème étage, c'est tout noir, je panique, si ça se trouve, je vais arriver en retard à mon rendez-vous et il va me passer sous le nez, impossible d'amener l'ascenseur jusqu'au 5ème étage où siège la CNAV, je redescends au rez-de-chaussée, le cœur battant, et monte à pied jusqu'au 5ème. Je suis seule dans la cage d'escalier en béton, tout est silencieux, c'est flippant. J'arrive au palier du 5ème, haletante, bingo, c'est là.
Personne.
Si vous avez rendez-vous, appuyez sur le bouton. Je tente, rien. Je m'installe sur un siège préformé au milieu des panneaux indicateurs écrits en gros caractères, des parcours fléchés pour les contribuables handicapés que nous sommes ou devenons, 1, 2, 3, sonnez ici, insérez vos papiers là, c'est sécurisé, gérer vous-même votre espace en ligne (dans l'espace momentanément indisponible) Ouh la la! C'est à l'image de ce que je vis avec la CNAV depuis 8 mois et demi… Absence d'humain.
13h30 tapante, je sonne, décline mon identité, attend quelques secondes puis tout à coup, la porte blindée pivote. Deux guichets, deux dames dans un caisson vitré, m'indiquent, avec l'air de me dire "nous dérangez pas, on ne sait rien ", quelques chaises en plastique dans un coin vide.
Waaa ! La vue sur Garges les Gonesse !... J'admire. Puis m'assieds.
Je suis la seule et unique "appelée" dans ces cieux fortifiés, l'unique administrée à profiter de cet environnement gris et blanc totalement désert. Une aubaine. Ou un miracle. On pourrait croire que ces bureaux manquent de chaleur mais, non, les employés de la caisse de retraite, surbookés, débordés, bien sûr, les pauvres, ont fait au mieux pour égayer leur univers. Les traces de Noël sont encore là, sapin blanc aux reflets d'argent, maigres guirlandes chatoyantes disséminées sur quelques panneaux écrits en lettres capitales.
Je tends l'oreille sur les conversations d'un invisible peuple qui jacte dans les bureauxaux portes ouvertes.
Au bout de 20 minutes d'attente, une humaine déboule du bout du couloir, une jeune black souriante, habillée à la mode, qui marche, avenante, vers moi.
- Je vais m'occuper de vous.
- Ah c'est vous, alors !?
Je n'en crois pas mes oreilles. Je m'attendais à voir arriver une dame de plus de 50 ans, mal nourrie, boitillante, reconnue travailleur handicapé. Haha, les préjugés !
Elle me conduit dans son bureau.
- Excusez-moi pour l'attente.
- Oh, mais je vous en prie.
Je la joue fair-play. J'ai l'instinct de survie en milieu hostile.
Je lui déblatère le même lassant baratin que je sers à tout le monde depuis des mois…
- Oui, c'est ça, qu'elle me dit ! Je ne sais pas ce qui s'est passé avec votre dossier car il a été traité dans une autre agence… Je vais le reprendre. Mais je ne peux rien faire tant que nous n'avons pas la réponse de la Commission de Recours à L' Amiable que vous avez sollicitée… En tous les cas, s'il s'agit d'une erreur de notre part, on rétroagit...
Entretien: 15 minutes.
J'aurais rapidement une réponse…
M'a-t-elle assuré
Haha

 

Voir les commentaires

Rédigé par Virginie Ducoulombier

Publié dans #humeur